Actualités viticoles

Alsace Mentionner « sec » pour y voir plus clair

Publié le mardi 31 mars 2015 - 09h33

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les vins blancs d’Alsace contenant moins de 4 g/l de sucres devront porter la mention « sec » sur leur étiquette à partir du millésime 2016. L’association des viticulteurs d’Alsace a pris cette décision pour permettre au consommateur de choisir en connaissance de cause.

Jérôme Bauer, président de l'Association des viticulteurs d'Alsace (Ava), souhaite apporter de la lisibilité à l'offre en vins d'Alsace. ©C.REIBEL

Jérôme Bauer, président de l'Association des viticulteurs d'Alsace (Ava), souhaite apporter de la lisibilité à l'offre en vins d'Alsace. ©C.REIBEL

« Aujourd’hui, un client qui achète un vin d’Alsace est désorienté. Il ne sait pas s’il a affaire à un vin sec ou avec des sucres résiduels. Il faut clarifier les choses. » Jérôme Bauer, président de l’Association des viticulteurs d’Alsace (Ava), n’est pas le seul à dresser ce constat. Les participants à l’assemblée générale de printemps de l’Ava l’ont suivi.

Le 25 mars, ils ont approuvé à une large majorité l’idée d’imposer la mention du terme « sec » sur toutes les étiquettes de vins blancs tranquilles renfermant plus de 4 g/l de sucres résiduels. Cette limite est portée à 9 g/l de sucres lorsque la teneur en acidité totale exprimée en g/l d’acide tartrique n’est pas inférieure de plus de 2 g à la teneur en sucre résiduel. Autrement dit : un vin avec 8 g/l de sucre sera considéré comme sec si sa teneur en acide tartrique est au minimum de 6 g/l, et à plus forte raison si elle supérieure.

UNE AVANCÉE POUR TOUS LES VITICULTEURS

Avec ce choix, l’Alsace applique la définition européenne de la mention « sec » (règlement UE 607/2009). La règle s’appliquera à tous ses blancs tranquilles, y compris au riesling. Reste à modifier le cahier des charges pour qu’elle entre en vigueur, ce qui devrait être fait pour le millésime 2016. Un bilan sera fait en 2019, quitte à revenir en arrière s’il est négatif.

« Cette disposition va rendre de la lisibilité à notre offre sans bouleverser les pratiques des viticulteurs », commente Jérôme Bauer. Une majorité de viticulteurs considèrent que c’est « une avancée ». Les plus hardis vont jusqu’à pronostiquer une « incidence positive sur les ventes ».


Christophe Reibel
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin