Actualités viticoles

Alsace  La production veut des crus et des premiers crus

Publié le vendredi 21 mars 2014 - 16h34

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

L’assemblée générale de l’Association des viticulteurs d’Alsace (Ava) du 20 mars a validé à l’unanimité un schéma de hiérarchisation à quatre étages qui veut aboutir à l’apparition des termes « cru » et « premier cru » sur les étiquettes.

Le débat sur la hiérarchisation des vins d’Alsace est ouvert depuis de longues années, mais il s’est accéléré avec une commission de l’Ava mise en place il y a deux ans. Il débouche aujourd’hui sur un schéma à quatre niveaux. Le plus élevé (le quatrième niveau) est occupé par les cinquante et un grands crus au rendement plafonné à 55 hl/ha.

Le souhait de la profession est de créer, en dessous, des premiers crus (troisième niveau) identifiés par des noms de lieux-dits et dont le rendement serait limité à 57 hl/ha. Le terme « cru » (deuxième niveau) désignerait les appellations communales au rendement maximal de 72 hl/ha. Onze de ces appellations existent déjà depuis 2012.

L’appellation Alsace (premier niveau) reste enfin la base de ce schéma avec un rendement de 80 hl/ha.

Ce projet, qui doit être présenté cette année encore à l’Inao, prévoit que chaque viticulteur pourra revendiquer les nouveaux termes « premier cru » et « cru » individuellement ou dans un cadre collectif, « si le vin produit répond aux critères de qualité que des groupes de travail vont définir », indique Olivier Humbrecht, en charge de ce dossier.

« MISE EN FORME DE L’EXISTANT »

Les vins de lieux-dits cadastrés non-candidats à la mention premier cru, ou non reconnus comme tels, resteraient dans une case intermédiaire à l’intérieur de l’appellation régionale avec un rendement de 68 hl/ha.

À ceux qui objectent que pareille hiérarchie va encore complexifier l’offre, l’Ava rétorque que son projet « n’est qu’une mise en forme de l’existant ».

Selon l’inventaire établi par l’Ava pour la récolte 2013, si les premiers crus existaient déjà, ils auraient représenté un potentiel de 26 000 hl (sur un total de 976 000 hl) produits par 429 producteurs revendiquant 294 lieux-dits. Ces vins ont été produits à un rendement moyen de 46 hl/ha sur 565 ha alors qu’en Alsace, 15 527 ha sont en production.

L’Ava espère que les futurs crus ou premiers crus pourront le revendiquer sur les étiquettes d’ici deux ans.

Christophe Reibel

Ces articles peuvent également vous intéresser

Alsace
Wolfberger assemble pour rassembler

Publié le 03 avril 2014

Nouvelles plantations
Grand écart assumé entre l’Alsace et la Lorraine

Publié le 19 mars 2014

Communication 
Faugères capitalise sur son engagement bio

Publié le 06 mars 2014

Vendanges tardives
Gaillac gagne contre l'Alsace

Publié le 06 mars 2014

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin