Actualités viticoles

Alsace Bestheim et Kientzheim-Kaysersberg s’unissent

Publié le mercredi 17 décembre 2014 - 18h43

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les coopératives voisines de Bennwihr et de Kientzheim-Kaysersberg (Haut-Rhin) unissent leurs destinées pour mieux se positionner sur le haut de gamme.

Pierre-Olivier Baffrey et Thierry Schoepfer, respectivement président et DG de Bestheim, et Pierrick Kuehn, président de la cave de Kientzheim-Kaysersberg, trinquent à l’union de leurs coopératives.

Pierre-Olivier Baffrey et Thierry Schoepfer, respectivement président et DG de Bestheim, et Pierrick Kuehn, président de la cave de Kientzheim-Kaysersberg, trinquent à l’union de leurs coopératives.

L’histoire se répète. Après avoir conclu une opération de fusion-absorption avec la cave Divinal d’Obernai en avril 2012, Bestheim réédite l’opération avec la cave de Kientzheim-Kaysersberg au 1er janvier 2015. Cependant, si Divinal représentait plus de 700 ha d’apports, Kientzheim-Kaysersberg ne pèse que 160 ha. Mais son escarcelle est garnie des grands crus schlossberg, furstentum et kaefferkopf qui viennent étoffer la gamme de Bestheim.

Le site de Kientzheim sera dédié à la vinification de cuvées haut de gamme de moins de 200 hl. Et Bestheim conservera la marque Anne de Laweiss, au packaging attrayant, sous laquelle Kientzheim-Kaysersberg vend ses vins.

Les garanties données, le maintien du site et de la marque ont été les points primordiaux qui ont conduit la cave de Kientzheim, bénéficiaire sur ses trois derniers exercices, à demander le mariage à Bestheim.

Avec 1.385 ha d’apports, l’entité fusionnée fait jeu égal avec l’entente que forment les coopératives de Turckheim et de Traenheim. Wolfberger est un peu plus en retrait à 1.162 ha d’apports.
Cette taille lui permet d’être autosuffisant en année normale, exception faite de 2013 et de 2014, années de faibles récoltes. Bestheim pense avoir atteint la « taille critique ». Elle estime que d’autres mouvements d’entreprises doivent encore se produire dans le vignoble même si elle n’est pas, selon ses dires, partie pour en être l’un des acteurs. Bestheim commercialise désormais 16,5 millions de bouteilles par an, dont 29 % à l’export.

Les assemblées générales des deux coopératives doivent encore entériner cette décision prise par leurs conseils d’administration.

Christophe Reibel La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Alsace
Mobilisation contre la lenteur de la justice dans l’affaire Albrecht

Publié le 12 janvier 2015

Alsace 
Les pépinières Hebinger développent une nouvelle greffe

Publié le 14 novembre 2014

Vins sans IG 
« Si des régions veulent y aller, laissons-les faire »

Publié le 01 octobre 2014

Alsace
La pourriture acide bouscule le calendrier des vendanges

Publié le 23 septembre 2014

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin