Actualités viticoles

Aides OCM Trop d’argent reste en caisse

Publié le vendredi 22 août 2014 - 16h55

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Jérôme Despey tire la sonnette d’alarme. L’enveloppe des 280,5 millions d’euros accordée à la viticulture française cette année pourrait ne pas être entièrement utilisée selon le président du conseil des vins de FranceAgriMer.

Jérôme Despey, le président du conseil des vins de FranceAgriMer, redoute que les 280,5 millions d'euros d'aide européenne pour la viticulture ne soient pas utilisés avant le 15 octobre. ©FranceAgriMer

Jérôme Despey, le président du conseil des vins de FranceAgriMer, redoute que les 280,5 millions d'euros d'aide européenne pour la viticulture ne soient pas utilisés avant le 15 octobre. ©FranceAgriMer

L’histoire se répète. « Je suis inquiet du niveau de consommation de l’enveloppe d’aides OCM », alerte Jérôme Despey, le président du conseil des vins de FranceAgriMer. Mi-août, l’établissement public n’avait en effet versé que 130 millions d’euros sur les 280,5 millions d’euros attribués à la viticulture française pour cette campagne. Rappelons que cette somme doit être dépensée avant le 15 octobre, après quoi un nouvel exercice commencera. L’argent non utilisé retournera entièrement au budget européen.

PROBLÈME DIFFÉRENT

L’an dernier déjà, le problème s’était posé dès le mois de mars. Il avait été résolu grâce à l’augmentation de l’avance accordée aux demandeurs d’une aide à l’investissement. FranceAgriMer avait aussi obtenu des moyens supplémentaires pour traiter les dossiers.
Cette année, le problème semble différent. « On a fait moins de plantations que prévu, à 1 000 ha près. Pour l’investissement, quand on solde les dossiers, on s’aperçoit également qu’ils sont inférieurs aux montants escomptés », explique Jérôme Despey. De même pour la première génération de dossiers d’aides à la promotion dans les pays tiers, qui arrive à terme.

MANQUE DE BRAS

À cette demande moins forte que prévu s’ajoutent des « éléments internes de traitement des dossiers ». En clair : FranceAgriMer manquerait à nouveau de bras.
Pour pallier ces difficultés, Jérôme Despey demande que l’administration mette tout en œuvre pour solder plus rapidement les dossiers en cours. Cela accélérerait le versement des aides, et donc l’utilisation de l’enveloppe.
« En ce moment, on dit aux victimes de la grêle qu’il n’y a pas de budget pour leur venir en aide. Je peux imaginer quelle sera leur réaction si on leur dit, en même temps, que l’on n’a pas pu utiliser toute l’enveloppe vitivinicole », avertit Jérôme Despey.

Bertrand Collard

Ces articles peuvent également vous intéresser

Aides OCM
Le cri d’alerte des Vif au ministre

Publié le 09 septembre 2014

Assurance récolte
« Notre inactivité est suicidaire »

Publié le 22 août 2014

Récolte 2014
Un volume proche de la moyenne

Publié le 22 août 2014

Tour des vignobles 
État favorable mais la grêle inquiète

Publié le 17 juillet 2014

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin