Actualités viticoles

Aides OCM Le cri d’alerte des Vif au ministre

Publié le mardi 09 septembre 2014 - 15h21

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les Vignerons indépendants de France craignent qu’une grosse partie de l’enveloppe OCM dédiée à la viticulture ne soit pas distribuée. Dans un courrier du mardi 9 septembre, ils demandent au ministre de l’Agriculture d’accorder 40 % d’aide à tous les dossiers d’investissement.

Thomas Montagne, président des Vignerons indépendants de France. ©VIF

Thomas Montagne, président des Vignerons indépendants de France. ©VIF

Les Vif sont inquiets : fin août, il restait 135,2 millions d’euros à distribuer à la viticulture au titre des aides OCM. Ce montant doit être soldé le 15 octobre, sous peine d’être perdu pour la viticulture et pour l’économie française.

Le syndicat s’en est donc ouvert à Stéphane Le Foll. Dans une lettre adressée au ministre de l’Agriculture le mardi 9 septembre, les Vignerons indépendants lui demandent de tout faire pour que ces aides soient distribuées.

Ils rappellent notamment que FranceAgriMer, l’organisme chargé de répartir les aides, a besoin de moyens humains supplémentaires pour traiter la totalité des dossiers.

UNIFORMISER LES TAUX D’AIDES À L’INVESTISSEMENT

Avant tout, les Vif proposent au ministre de « porter à 40 % le taux d’aides pour l’ensemble des dossiers liés à l’investissement en cours ». En effet, ces taux varient de 17,5 à 40 % selon la taille et le statut des entreprises. Actuellement, les petites et moyennes entreprises répondant à certaines conditions (nouvellement installées, restructuration…) bénéficient de 40 % d’aide. Accorder ce taux à tous les demandeurs permettrait d’ores et déjà de distribuer « 10 millions d’euros supplémentaires ».

Les Vif profitent de cette missive pour égrener quelques chiffres qui font mal en période de crise budgétaire. « 20 millions d’euros renvoyés à Bruxelles, ce sont 50 millions d’investissements non réalisés, calculent-ils. Soit, a minima, 10 millions de TVA perdus pour l’État français, sans parler des emplois induits.

Emilie-Anne Jodier

Ces articles peuvent également vous intéresser

Budget 2015
Le contrat vendanges vidé de sa substance

Publié le 02 octobre 2014

Récolte 2014
Un volume proche de la moyenne

Publié le 22 août 2014

Aides OCM
Trop d’argent reste en caisse

Publié le 22 août 2014

Vente en ligne
L’ambition des vignerons indépendants de France

Publié le 05 août 2014

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin