Actualités viticoles

Adresses web en .vin Le président de l’Icann tacle la France

Publié le mercredi 24 septembre 2014 - 18h05

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

,

Dans une interview accordée au journal « Le Figaro », le président de l’Icann affirme que la France a laissé passer sa chance de réserver le « .vin » à son secteur vitivinicole.

« Notre conseil d’administration a offert à la France de réserver le «. vin », mais cette dernière nous a répondu que ce n’était pas nécessaire. Aux États-Unis, un entrepreneur intelligent, Donuts, a déposé un dossier et obtenu ces adresses. Dès lors, pour geler la procédure, il fallait que la France obtienne un consensus auprès des autres gouvernements sur ce sujet. Elle n’a pas su le faire », affirme Fadi Chehadé, le président de l’Icann (Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur internet), dans une interview parue dans « Le Figaro » du 23 septembre.

La France aurait donc laissé passer sa chance de réserver les adresses internet en .vin à son secteur vitivinicole. Puis, elle n’a pas su rattraper sa bourde ! Après avoir lancé cette affirmation, sans entrer davantage dans les détails, le président de l’Icann a ajouté : « Ce dossier du .vin a été récupéré politiquement par la France ».

CONTRE LA VENTE AUX ENCHÈRES

Ces affirmations font bondir Pascal Bobillier-Monnot, le directeur de la Cnaoc, l’organisation en pointe contre la vente de l’extension .vin au plus offrant. « Ces affirmations n’ont aucun sens, s’emporte-t-il. Jamais le conseil de l’administration de l’Icann n’a proposé un dossier .vin à la France. »

« Le fond du dossier, c’est que le secteur viticole mondial a engagé une procédure amiable au sein de l’Icann contre la vente aux enchères des adresses en .vin », poursuit Pascal Bobillier-Monnot. Selon le directeur de la Cnaoc, outre sa propre organisation, des interprofessions espagnoles et italiennes et, fait nouveau, des organisations professionnelles américaines, dont l’association des vignerons de la Napa Valley, soutiennent la procédure. Toutes ces organisations demandent que les adresses internet se terminant en .vin ou .wine soient réservées aux indications géographiques et aux entreprises de ce secteur.

Interrogé au sujet de l’interview de Fadi Chehadé, le ministère de l’Économie n’a pas répondu aux questions de « La Vigne ».

Bertrand Collard

Ces articles peuvent également vous intéresser

Contrat vendanges 
« Derrière sa suppression, c’est le travail au noir qui se profile »

Publié le 19 septembre 2014

Internet 
Détermination de la France sur les extensions « .vin »

Publié le 24 juin 2014

Internet
Appel au boycott des adresses « .vin » et « .wine »

Publié le 19 juin 2014

Internet
Le ton monte à propos des extensions « .vin » et « .wine »

Publié le 12 juin 2014

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin