Actualités viticoles

Achats de domaines viticoles 60 % des investisseurs sont français

Publié le jeudi 07 juin 2012 - 18h35

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Vinea transaction, premier réseau français spécialisé dans la transaction de domaines viticoles, estime que 60 % des acquéreurs de propriété sont Français. Parmi les 40 % d’étrangers, on trouve une majorité d’Européens (six sur dix) suivis par les Américains, les Chinois puis les Russes.

Plus sûr que la Bourse, l’investissement dans une belle propriété viticole est un placement qui a la cote selon Vinea transaction. © VINEA TRANSACTION

Plus sûr que la Bourse, l’investissement dans une belle propriété viticole est un placement qui a la cote selon Vinea transaction. © VINEA TRANSACTION

Malgré la crise, les transactions de domaines viticoles français se poursuivent et progressent. Telle est l’une des conclusions de l’étude menée par Vinea Transaction, auprès de ses huit agences immobilières réparties sur l’ensemble du vignoble.

Toujours selon cette étude : « Les surfaces cédées ont doublé en vingt ans, et le prix moyen par hectare a été multiplié par trois. Pour acquérir une propriété viticole, il faut compter de 2 à 4 millions d’euros dans la plupart des régions. Cette fourchette représente en moyenne 80 % des transactions, avec toutefois de grandes disparités par région. »

Parmi les acquéreurs français, on relève plusieurs profils. Tout d’abord, les professionnels du vin (quatre acquéreurs nationaux sur dix). « Ce sont des producteurs négociants ayant besoin de s’agrandir et des négociants producteurs à la recherche de sourcing », notent les experts.

Viennent ensuite trois autres groupes qui représentent chacun environ 20 % des acquéreurs français. Il y a les chefs d’entreprise ou les « faux retraités retirés des affaires ». Il s’agit de « personnes qui ont cédé leur société et qui sont à la recherche de nouveaux challenges. Ils souhaitent à la fois défiscaliser et profiter d’un lieu de vie idyllique ».

Il y a aussi le groupe des commerçants et hôteliers qui voient dans les domaines viticoles français un énorme potentiel œnotouristique.

Viennent enfin les œnophiles, qui « ont la caractéristique d’investir dans des petits domaines à fort potentiel œnologique ».

Du côté des investisseurs étrangers, Vinea transaction relève un changement de clientèle. « Les Anglo-Saxons, qui représentaient presque 50 % des investisseurs, sont aujourd’hui quasiment inexistants. Ils ont été remplacés par de nombreuses nationalités, avec l’arrivée depuis 2012 des Russes et des Chinois. »

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Cognac 
La viticulture n’est pas opposée à des plantations nouvelles

Publié le 29 mai 2012

Vallée du Rhône
350 000 € pour Grignan-les-Adhémar

Publié le 25 mai 2012

Aides
Les coopératives veulent un rééquilibrage en leur faveur

Publié le 23 mai 2012

Bordeaux
L’œnotourisme en grande forme

Publié le 11 mai 2012

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin